La solution de Google pour couler Adblock Plus


2 Replies

Actualités
adblock google

Alors que 30% des Français sont désormais équipés d’un adblock (Baromètre Adblock IPSOS – IAB 2016). Google se dresse contre le modèle utilisé par Adblock Plus. Sa solution : un bloqueur de publicité responsable.

Adblock Plus : une solution trop drastique

Aujourd’hui, Adblock Plus est la solution la plus utilisée dans le monde pour bloquer les publicités sur le web. Cependant, le nombre croissant d’installations de cette extension met à mal les grands médias ainsi que les sites gratuits en ligne qui n’ont d’autre moyen que de diffuser de la publicité pour continuer à se rémunérer.

Devant ce constant alarmant pour les grands médias, il s’avère qu’un grand nombre d’internautes est pourtant conscient du fait que les sites ont besoin de la publicité pour exister. Donc, le blocage de publicité est la plupart du temps mis en place pour se débarrasser  des « mauvaises ».

Le problème d’Adblock Plus ? Celui-ci bloque 100% des publicités sur les pages, que celles-ci soient dérangeantes pour l’internaute ou non. La seule solution pour les éditeurs est aujourd’hui de payer pour être « whitelister » sur l’extension et permettre l’affichage des publicités. Un RACKET dénoncé par de nombreux acteurs de la publicité en ligne.

Google veut rendre inutile les adblockers

Google vit principalement de la publicité en ligne. De ce fait, pour limiter les dégâts causés par les adblockers, la firme a déjà lancé en 2015 un nouveau format de pages mobiles (AMP) qui permet un temps de chargement accéléré des pages = plus de raison bloquer les publicités !

Le géant américain a décidé d’aller plus loin pour rendre inutile l’utilisation d’un adblocker. En effet, Google pourrait intégrer directement dans son navigateur Chorme un bloqueur de « mauvaises » publicités (celles qui poussent l’internaute à bloquer). De cette manière, les éditeurs qui utilisent la publicité de manière responsable seront moins pénalisés et les lecteurs n’auront plus de raison d’avoir recours à un logiciel comme Adblock Plus.

Cependant, comment définit-on une mauvaise ou une bonne publicité ? À cette question, Carlos d’Asarao Biondo, patron de Google en Europe, a déclaré :

«Nous travaillons avec les éditeurs à une charte établissant ce qui est autorisé de ce qui ne l’est pas»

Google parviendra-t-il à se débarrasser d’Adblock Plus en instaurant une norme mondiale avec les éditeurs ? Affaire à suivre…

Lire aussi : La presse française se dresse contre les adblockers

2 comments

  1. Pingback: La loi Hadopi pourra être oubliée le 4 février 2022

  2. Pingback: Google Data Studio 360 : pour la gestion de la Big Data

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *