Quand l’IAB se dresse contre Adblock Plus


1 Reply

Actualités
adblock logo

Les bloqueurs de publicité sont au centre de l’actualité digitale. En France, on estime que 13% des internautes ont recours à ces extensions sur leurs navigateurs. Les professionnels de la publicité en ligne ont décidé de se dresser contre ce phénomène qui prend une ampleur mondiale.

L’IAB s’exprime sur Adblock Plus

L’IAB (Interactive Advertising Bureau), organisation qui regroupe les acteurs de la publicité web, a tenu récemment son sommet annuel. Parmi les sujets évoqués par Randall Rothenburg, président de l’organisation, Adblock Plus  a suscité de vives réactions.

Lors du discours d’ouverture, Adblock Plus a été jugé immoral et contraire à l’éthique. En effet, la publicité (campagnes premium, programmatique, affiliation etc.) est le seul moyen pour un site de type éditorial de rentabiliser son audience et ainsi vivre de son activité.

Non éthique ? Mais pourquoi ? Tout simplement parce qu’Adblock Plus est à l’origine d’un programme « Acceptable Ads » qui permet aux annonceurs, moyennant rémunération, de passer à travers les mailles des bloqueurs de publicité. Celui qui paye peut donc continuer à diffuser de la publicité, que cela plaise à l’internaute ou non.

La croissance fulgurante des Adblockers

Selon la start-up PageFair, près de 200 millions d’internautes dans le monde qui ont recours aux services des adblockers. Impressionnant quand on sait qu’ils n’étaient que 21 millions en 2010.

Entre 2014 et 2015, leur utilisation est en hausse de 41%.

Un compromis avec une publicité responsable

Les adblockers ne sont pas arrivés tout seuls. Ils sont indéniablement le fruit du ras-le-bol des internautes devant des publicités trop intrusives, trop nombreuses et qui gênent la lecture des contenus.

Les éditeurs ont donc un important travail à faire sur la qualité de leurs publicités qui ne doivent en aucun cas perturber leurs lecteurs. Ne pas multiplier les publicités sur leurs pages et prioriser avant tout les formats non intrusifs (display classiques, formats impactants etc.) est capital.

Trop de publicité tue la publicité c’est certain !

 

1 comment

  1. Pingback: Grande concertation : vers une publicité "acceptable" ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *