Un nouvel ad-blocker annoncé par Google


Commentaire

Actualités

Google vient de confirmer qu’une nouvelle version de Chrome sera disponible en 2018. Un nouvel outil, qui consistera à empêcher les sites à diffuser des publicités intrusives y compris celles de Google. 

L’idée : bloquer les pop-up ads, et autres vidéos publicitaires automatiques, qui apparaissent dès lors que l’on accède à un site web, et nous empêchent de visualiser immédiatement le contenu désiré.

La « Coalition for Better Ads », dont Google fait partie, classe ces publicités dans la catégorie des « bad ads ».

 

Les éditeurs de sites devront en premier lieu se conformer aux objectifs de conformité fixés par la coalition. Pour ce faire, Google prévoit de fournir un nouvel instrument « Ad experience report ». Celui-ci fera le tri entre les publicités conformes et non conformes, vérifiant le contenu et autorisant par la suite les éditeurs à diffuser, ou non, des publicités autres que celles de Google.

 

De plus, Google autorisera les éditeurs à faire payer les utilisateurs qui possèdent leurs propres ad-blockers. Ceux-ci auront donc deux options pour accéder à un site web : Mettre leur ad-blocker en mode off, ou payer un certain coût, afin de voir le site apparaître sans publicités. S’ils ne souhaitent faire ni l’un, ni l’autre, ils ne pourront accéder au site web en question.

Pourquoi un « Google » ad-blocker ?

L’outil « fait maison » permettra aux utilisateurs d’éviter le dérangement causé par les publicités automatiques. Il y aura toujours des publicités sur les sites, mais celles-ci ne gêneront pas l’accès au contenu désiré.

Le but, c’est surtout de diffuser en amont du contenu de bonne qualité, afin de dissuader les utilisateurs d’installer des ad-blockers. En effet, et fort malheureusement, de plus en plus d’entre eux y ont recours afin de stopper l’apparition de ces pop-ups. Conséquence directe : la baisse considérable des recettes publicitaires d’un grand nombre de sites.

Chez Google par exemple, le pourcentage des recettes publicitaires étant de 89%, il est aisé de comprendre l’enjeu que cela représente pour eux.

Mais qu’est-ce que cela implique donc ?

Chrome est un moteur de recherche dominant sur le marché du web. (99% du marché de la publicité en ligne en concurrence avec Facebook). En amorçant cette technique d’ad-blocking « fait maison », Google pourrait être en mesure de filtrer les publicités provenant des réseaux concurrents. Il ne serait pas étonnant que cela suscite l’interrogation de ceux-ci sur une potentielle compétition déloyale.

Le commissaire de l’Union Européenne chargé de la compétition suit l’affaire de près.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *