Grande concertation : vers une publicité « acceptable » ?


2 Replies

Actualités
publicité acceptable

Le 2 Février dernier s’est tenue une grande concertation à Londres organisée par les dirigeants d’Eyeo, la société éditrice de Adblock Plus, autour du futur de la publicité en ligne.

Les adblockers : le cauchemar des éditeurs

En effet, les adblockers connaissent toujours une croissance fulugurante chez les internautes. Ce succès représente pour les éditeurs un véritable cauchemar en terme de revenus publicitaires.

Rien qu’en France, on estime à près de 15% le nombre d’internautes qui utilisent des solutions d’adblocking pendant leur navigation. Ce sont donc 15% de revenus publicitaires en moins pour les éditeurs. Dans le monde, les publicités bloquées représenteraient une perte de 22 milliards de dollars.

Remettons les choses dans leur contexte. Les adblockers sont le résultat du ral-le-bol des internautes devant la multiplication des publicités trop intrusives. Ces dernières gênant de manière significative la navigation des lecteurs.

Vers une réconciliation entre les publicitaires et les bloqueurs ?

Nous vous parlions récemment de la dernière réunion de l’IAB durant laquelle le président de l’organisation, Randall Rothenburg, s’était exprimé de manière très clair sur la nuisance des adblockers pour le monde de la publicité en ligne.

C’est aujourd’hui au tour de la société Eyeo de relancer les discussions autour du futur de la publicité en ligne. Baptisée « Camp David », en référence aux premiers accords de paix signés entre Israël et l’Egypte en 1978, cette concertation a rassemblé les plus grands acteurs de la publicité en ligne.

Au coeur du débat, le concept des « acceptable ads » (publicités non intrusives pour les internautes), le programme lancé par Adblock Plus qui permet de contourner les blocages de publicité moyennant rémunération.  Un « racket » jusqu’à présent dénoncé par de nombreux acteurs du marketing en ligne.

De nouvelles alternatives ?

Les éditeurs sont de plus en plus nombreux à bloquer l’accès de leurs contenus aux internautes disposant d’une solution d’adblocking. De plus, de nouveaux acteurs tels que PageFair, nouveau système qui permet de contourner les adblockers, ou encore le navigateur Brave qui propose une alternative avec un système de publicité plus responsable, font leur apparition et mettent en avant l’enjeu capital de l’adblocking dans le monde de l’édition de sites web.

Lire aussi : Quand l’IAB se dresse contre Adblock Plus

2 comments

  1. Pingback: Le New York Times décide de bloquer les bloqueurs de publicité !

  2. Pingback: YouTube commence-t-il à bloquer les adblockers ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *