Facebook et Google prennent des mesures contre les faux sites d’informations


Commentaire

Actualités
ordinateur facebook et google

Depuis les résultats surprenants des récentes élections présidentielles aux Etats Unis, Facebook et Google font face à de nombreuses critiques.

On en trouve ainsi sur les publicités Facebook, le fil d’actualité, et même sur Google Actualités. Le problème qui se pose alors est simple : les utilisateurs, face à ces fausses informations, ne savent distinguer le vrai du faux.

Facebook et Google : une réaction immédiate

Face à ces critiques, Facebook et Google se sont vus obligés de réagir. Dès lundi après-midi, Google a dévoilé ses nouvelles mesures. De nouvelles règles concernant ces faux sites d’informations sont mises en place, et notamment en ce qui concerne leur monétisation. AdSense complique l’accès à leurs services :

«Pour aller de l’avant, nous limiterons désormais la diffusion des annonces sur les pages qui présentent de manière inexacte ou dissimulent des informations sur l’éditeur […].»

a ainsi déclaré un porte-parole d’Alphabet. Cette nouvelle politique s’appuiera à la fois sur un système automatisé et sur des compétences humaines.

Quelques heures plus tard, Facebook a également réagi. La politique de son Audience Network (le service qui gère la publicité sur le réseau social) a donc été mise à jour : les restrictions initiales, concernant les sites comportant des contenus illégaux ou trompeurs, incluent à présent les faux sites d’informations.

Certaines questions restent toujours sans réponse

L’application de ces conditions restrictives n’est pourtant pas encore en vigueur pour l’instant et de nombreuses questions restent en suspens. En effet, nous ne savons pas si tous les sites qui publient des informations erronées seront concernés. Il est bien évidemment important de sanctionner ces derniers car leur impact sur les internautes peut être réellement néfaste.

Cela dit, il faudra faire la distinction entre les sites colportant de fausses informations et les sites satiriques, à visée humoristique, qui pourrait devenir une cible par inadvertance. Le problème de l’identité des éditeurs va également se poser. Certaines personnes ne souhaitent pas forcément être identifiables (par exemple avec les pseudonymes).

L’efficacité de ces nouvelles politiques reste donc encore à prouver.

Lire aussi : La solution de Google pour couler Adblock Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *