Facebook, prêt à accepter la censure pour la Chine


Commentaire

Actualités
Facebook chine

Avec plus de 720 millions d’internautes, la Chine semble être un client à privilégier pour Facebook. Le créateur du réseau social, Mark Zuckerberg, estime donc qu’il doit réintégrer ce marché qui lui a fermé ses portes en 2009.

Facebook va-t-il réintégrer le marché Chinois ?

Selon le New York Times, Facebook réfléchirait à plusieurs hypothèses afin de se réimplanter sur le marché chinois. Pour cela, il souhaite installer un outil de censure qui va supprimer les sujets de discussions qui « vont à l’encontre des valeurs du pays » selon les autorités chinoises.

Facebook prend un grand risque. En effet, cette idée ne semble pas être en cohérence avec les déclarations publiques du réseau social :

« Nous croyons qu’il faut permettre à tout le monde de s’exprimer, ce qui signifie laisser les gens partager ce qu’ils souhaitent, tant que possible »

Il semblerait même que ces décisions inattendues n’aient pas plu à tout le monde. Des salariés ont décidé de quitter l’entreprise. Ils ne veulent pas soutenir des idées qui vont contre la valeur première du réseau social : la liberté d’expression.

Pour ce faire, Facebook laissera la main à des partenaires chinois. Il délègue donc la censure afin de se concentrer sur les entreprises et développeurs chinois qui souhaitent conquérir de nouveaux marchés hors de la Chine via de la publicité sur Facebook.

La censure, et après ?

Dans certains pays tels que la Turquie et l’Inde, Facebook a déjà autorisé la suppression de contenu que le pays estime intolérable. En France également, les propos favorisant le terrorisme ou niant l’holocauste sont censurés.

Mais ce choix de censure en Chine peut engendrer des demandes similaires de la part d’autres pays qui en profiteront pour faire de cet outil de modération une « arme » pour faire respecter leurs régimes.

Facebook n’est pas la seule entreprise à tenter d’amadouer le Chine, qui s’avère être un acteur indispensable dans sa stratégie. Google aussi, tente de se plier aux volontés du pays.

Lire aussi : Google en route pour connecter Cuba à Internet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *