Comment rentabiliser une application mobile ?


Commentaire

Formats publicitaires
Rentabiliser une application mobile avec différents business model

Aujourd’hui, nous allons nous penchez sur la rentabilisation d’un service ou d’un site web par l’intermédiaire du mobile.

Il est devenu inutile de prouver par A + B que le mobile est en train de prendre le pas sur tout le web. Le nombre de mobinaute a dépassé le nombre d’internautes en nombre de connexions. Même si le Desktop reste encore loin devant en terme de temps de connexion, on constate un basculement des rôles ; le Desktop se glissant progressivement dans une position d’outsiders.

Quels sont les différents business models sur le mobile ?

Avant d’aller plus loin, rappelons brièvement qu’un business model (ou modèle d’affaire en français) est le mécanisme utilisé pour rentabiliser l’application, le site ou l’activité en général. Le business model d’un site de e-commerce va être la vente de produits ou de services par exemple. Par ailleurs, s’il est populaire, il va également pouvoir adopter le business model de la publicité et en vendant des espaces sur son site. Une seule activité peut donc avoir plusieurs business models.

1.   La vente de l’application

Sur le mobile, on connaît 6 business models majoritaires. La vente de l’application est le plus simple mais pas forcément le plus rentable. Il s’agit tout simplement de bloquer l’accès à l’application si l’on a pas payé. De nombreuses structures comme Mi-Clos Studio et son célèbre jeu Out There ou encore utswo qui a utilisé ce business model pour son jeu à succès Monument Valley et deux autres jeux proposés sur les app stores Android et iOS.

La vente reste le plus facile lorsque l’on est pas un expert mais il ne faut pas se cantonner à cet unique modèle.

2.   La publicité mobile

La publicité est le plus vieux business model du web. Il s’est largement démocratisé avec l’arrivée de Google Adwords et Google Adsense (les régies publicitaires du géant de Mountain View). Ce model est également très simple à mettre en place mais l’optimisation des revenues demande en revanche beaucoup d’expérience. Vous aurez également besoin de beaucoup de volumes avant d’avoir un revenu intéressant avec la publicité. Surtout la publicité mobile où le nombre de pages vues par sessions est inférieur au Desktop.

3.   Le modèle Freemium

Le modèle freemium est un excellent compromis qui fonctionne particulièrement bien dans le monde du mobile. Il s’agit de proposer une version gratuite allégée de son application pour le faire découvrir au grand public et de développer en parallèle une version complète avec toutes les fonctionnalités. Ce modèle a fait ses preuves à plusieurs reprises et permet de faire un bon compromis entre couverture et rentabilité.

Par exemple, le jeu Plague utilise ce modèle. On retrouve également dans cette catégorie le launcher Nova qui dans sa version payante propose le rangement des applications par tiroir et le lancement de plusieurs applications grâce à des gestes paramétrables.

4.   L’achat in-app

Arrivé plus tard mais avec de très bonnes performances, le business model fonctionnant sur les achats in-app est une alternative très intéressantes à de nombreux égards. Ce système permet un téléchargement gratuit de l’application. L’application est unique et le mobinaute doit verser de petites sommes d’argent pour acquérir des items ou certaines fonctionnalités qui ne sont pas intégrées au départ. Ces achats permettent généralement d’avancer plus rapidement dans le jeu ou d’avoir plus d’efficacité pour les autres types d’applications.

Par exemple, l’application Kim Kardashian : Hollywood, l’application de la starlette a fait un carton sur iOS et Android dès son lancement et cumule aujourd’hui plusieurs dizaines de millions de téléchargements (et quelques millions dans la poche de Kim). Au final, si l’application est gratuite, il faudra débourser 74€ pour avoir 175 000$ virtuels. Et un simple collier peut coûter jusqu’à 400$. Un gouffre qui permet de rendre addict les utilisateurs et permet finalement d’obtenir bien plus qu’en vendant l’application. La difficulté est de savoir ce qu’il faut vendre et rendre accessible.

Ce model est le plus compliqué à mettre en place et à gérer mais il reste malgré tout le plus rentable de tous (le renouvellement des versions de l’application permet de débloquer de nouveaux items et de vendre toujours plus de fonctionnalités aux adeptes).

5.   Le sponsoring

Le sponsoring est une déclinaison des publicités mobiles standards. Il s’agit de la mise en place de publicités sur l’application mais sous une forme de partenariat. On ne passe plus par une régis publicitaire. Dans le cadre d’une prestation de sponsoring, l’annonceur demande l’exclusivité des espaces publicitaires de l’application sur une période déterminée.

Le sponsoring commence à se développer dès que l’application commence à atteindre une certaine notoriété.

Conclusion

Il existe quelques autres façons de gagner de l’argent grâce à une application comme la location de base de donnée par exemple mais il faut beaucoup de temps avant d’avoir une rémunération intéressante à l’aide de ce levier. Il est préférable de commencer par les leviers standards que ce soit sur les applications ou sur les version mobiles des sites.

Préférez le freemium et les achats in-app pour les applications et référez vous à une régie publicitaire telle que TheMoneytizer pour les bannières publicitaires (à moins de trouver une meilleure rémunération avec le sponsoring si votre application/site commence à être très connu).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *